Français English

Pour nous joindre

logo

Société chorale de Saint-Lambert

music

 

Historique

Un brin d’histoire de la Société chorale de Saint-Lambert

La Société chorale de Saint-Lambert (SCSL) fête cette année ses 95 ans. Elle occupe la place honorable de plus ancienne chorale amateur du Québec et 2e plus vieille du Canada. Tout au long de sa vie, tantôt clandestine ou extravagante, tantôt rayonnante et engagée, elle a laissé « des marques » dans Saint-Lambert…

1891-1913

C’est la période, disons, clandestine de la Société chorale de Saint-Lambert car entre 1891 et 1913, elle existe sous ce nom sans être officiellement déclarée. Elle présente des concerts de musique classique au Boat Club House et à l’Academy Hall les vendredis soirs. Certains sont donnés au bénéfice d’activités de la Ville de Saint-Lambert en plein développement, notamment pour la construction de l’église presbytérienne.

Programme du tout premier concert de la Société chorale de Saint-Lambert, 1891photo1

En 1907, la SCSL comporte au moins 50 choristes. Vers 1913, elle décline au profit d’un engouement pour l’opéra.

Pendant ce temps à Saint-Lambert…
Au cours de cette période, madame Bertha Belasco Burland, une figure marquante de Saint-Lambert, fonde le Tuesday Musical Club (1907-1964) qui présente des concerts de musique sacrée, instrumentale, classique et autres; occasionnellement, ces 19concerts comportent du chant. C’est le TMC qui domine alors la scène musicale.
M. J.T.R. Hicks, actif dans les deux groupes musicaux, est directeur musical de la SCSL en 1903, 1904 et 1907; de plus, en 1905, il crée une fanfare, la St. Lambert Band,  et il dirige la Junior Choral du Tuesday Musical Club de 1907 à 1924.

1919-1960

À partir de 1916, le chant choral s’affirme au sein du Tuesday Musical Club, par le Choral Committee. En 1919, madame Belasco Burland, toujours créative, fonde le St. Lambert Amateur Operatic Society. Peu après 1952, le St. Lambert Operatic Society perd le mot amateur en raison de la haute qualité musicale du groupe. C’est l’ancêtre de l’actuelle Société chorale de Saint-Lambert dans sa période «extravagante ». La Society présente un opéra, une opérette ou une comédie musicale par année. Le répertoire est principalement composé d’œuvres de Gilbert (livret) et Sullivan (musique) : The Gondoliers, The Yeomen of the Guard, The Pirates of Penzance ; et aussi Mikado, Iolanthe (opéra comique), Patience et H.M.S. Piafore. Les costumes sont somptueux et les décors élaborés. Les concerts ont généralement lieu les mercredi, jeudi, vendredi et samedi soirs, à 20 h 15, à l’Hôtel de ville ou au St. Michaels Hall, au St. Lambert High School Auditorium, au Chambly County High School Auditorium. La Society s’est aussi produite à Montréal, au Chalet de la montagne et au Théâtre St-Denis.

Rerésentation de l’opéra Ruddigore, de Gilbert et Sullivan, les 9-10-11-12 mars 1938 au St. Lambert High School Auditorium.

photo2La Society poursuit les objectifs de faire connaître la musique, promouvoir les talents locaux et recueillir des fonds pour des œuvres de bienfaisance. Par exemple, des concerts sont donnés en aide au Saint-Lambert’s Soldiers Memorial, au fonds de charité du Kiwanis Club de Montréal ou du Lions Club de Saint-Lambert.

En 1960, les coûts de production devenant de plus en plus prohibitifs, la Society décide d’abandonner ses mises en scène coûteuses et de se concentrer sur les productions chorales.

Pendant ce temps à Saint-Lambert…
En 1957, le Tuesday Musical Club subventionne le premier Festival de musique à Saint-Lambert à l’occasion du centenaire de la Ville, qui sera le premier concours musical bilingue au Québec. Ce festival fonctionne avec la participation financière de la Ville de Saint-Lambert, du ministère des Affaires culturelles du gouvernement du Québec, des marchands locaux, des dons privés et des dons d’associations; les organisations locales, les écoles, les églises ainsi qu’une vaste équipe de bénévoles concourent à son  organisation annuelle.

1960-2014

À partir des années 1960, s’effectue une transition vers un répertoire plus classique comportant des messes et des oratorios. La Société chorale de Saint-Lambert retrouve son nom d’origine en 1971. Certains chefs l’ont dirigée pendant plusieurs années : Dr Percy Illsley (1920-1925), M. H. Norris (1931-1941), M. Jerry Shea (1946-1954), M. Eric Adams (1958-1963), M. Richard McGlaughlin (1964-1969) et certes, une figure marquante, le directeur artistique et chef de choeur David Christiani, depuis 1978.

Titre de la critique élogieuse de Claude Gingras dans La Presse du concert donné par la Société chorale de Saint-Lambert le 12 mars 1988; il s’agissait du Requiem de Gabriel Fauré et du Requiem de John Rutter.

photo3

Pendant ce temps à Saint-Lambert…
En 1970, une institution musicale prend forme. Mrs. Edith Strathdee, organiste et directrice de la chorale de l’Église Unie de Saint-Lambert, crée le Gift of Music, un concert annuel donné par les chorales des diverses églises de Saint-Lambert  au profit de la cueillette de fonds pour les paniers de Noël qui seront distribués aux démunis des différentes églises. La SCSL en fait partie depuis le début.

Par ailleurs, en raison des coûts toujours plus importants et du déclin de la participation, le dernier Festival de musique, créé en 1957, eut lieu en 1979.

Au cours de sa longue vie, la Société chorale de Saint-Lambert a fait; des abonnés fidèles la soutiennent. En 2014, elle est toujours ancrée dans le milieu lambertois et de la Rive-Sud où des institutions et des commerçants lui apportent un appui financier qu’elle rend à son tour à des organismes sociaux. Cette chorale contribue honorablement à créer la qualité de vie qu’on reconnaît à Saint-Lambert.

David Christiani - directeur artistique et chef de choeur de la Société chorale de Saint-Lambert depuis 35 ans, de 1979 à nos jours (2014)

Ses études musicales

David Christiani étudie la musique d’abord à Toronto (bachelor of Music with Honours – Faculty of Music, Toronto University), puis aux Etats-Unis (maîtrise en direction chorale - summa cum laude) au Southern Methodist University, Dallas, Texas. Il travaille avec de grands chefs, tels Elmer Iseler, Seiji Ozawa, Karel Ancerl, Wayne Riddell et l’Américain Robert Shaw ainsi que le réputé chef de chœur britannique David Willcocks et le légendaire chef de chœur allemand Hellmuth Rilling. En 1982, en tant que boursier du Conseil des Arts du Canada, il prend part au Symposium Bach à Stuggart en Allemagne avec H. Rilling.

Son expérience professionnelle

La passion de David Christiani pour le chant choral remonte bien avant sa carrière de chef de chœur. Jeune homme, il fait partie du prestigieux Toronto Mendelssohn Choir; il réalise une tournée en Europe avec les Festival Singers of Canada. Il chante avec l’Ensemble vocal Tudor de Montréal, le Toronto Symphony Choir et les Chœurs de l’Orchestre symphonique de Montréal.  Il est depuis longtemps membre du chœur de l’Église presbytérienne St. Andrew and St. Paul de Montréal. Pendant 24 ans, il a été professeur de musique à l’école The Study de Westmount.

Il entreprend la direction musicale de la Société chorale de Saint-Lambert en septembre 1978. Il a été directeur artistique du Chœur du Centenaire canadien (Ottawa) pendant quelques années à partir de 1987. En mai 2008, David Christiani participe au lancement de la Fondation Liette-Turner, dont la mission est de soutenir le développement musical des jeunes choristes  et de promouvoir la diffusion du chant choral; il en est toujours le directeur général.

Ses honneurs

En 1975, David Christiani est récipiendaire d’une des premières bourses Leslie Bell qu’il utilise pour terminer sa maîtrise en direction chorale. Le 17 août 2000, il est décoré du prix de Grand Lambertois pour sa contribution à la Ville de Saint-Lambert, pour son implication dans la vie communautaire avec la direction de la SCSL depuis 22 ans. En 2009, la Société chorale, sous sa direction, reçoit le premier prix accordé par la Fondation Liette-Turner.

À la direction artistique de la SCSL

Dès son arrivée il y a 35 ans, David Christiani campe le répertoire éclectique de la SCSL: des œuvres baroques, classiques, romantiques et contemporaines, des spirituals, du folklore et de la musique de Noël. Il instaure la tradition de trois concerts par année, auxquels on peut assister en tant qu’abonné.

Il invite des chefs distingués, des orchestres variés et des solistes de renom. La chorale a chanté sous la direction de Elmer Iseler, Wayne Riddell et Alexander Brott; elle a été accompagnée d’orchestres, tels l’ensemble I Musici de Montréal, l’Orchestre de chambre de McGill, l’Orchestre symphonique de la Montérégie, ainsi que des musiciens de l’Orchestre synphonique de Montréal et de l’Orchestre métropolitain. Plusieurs concerts ont été offerts en collaboration avec d'autres chorales, particulièrement avec des chorales d’enfants, telle la Chorale des enfants de la Rive-Sud, pour les concerts de Noël.

La SCSL s’est produite dans d’autres villes (Montréal, Ottawa, Sherbrooke, Valleyfield, Joliette, Iberville). Elle a participé au Festival ChaNteauguay et au Festival de Lanaudière. Elle a été entendue sur les ondes de la CBC et de Radio-Canada.

Toutes ces activités témoignent d’une période « rayonnante » de la SCSL. En quelques années, le nombre de choristes grimpe; entre 1986 et 1990, sous la direction visionnaire de David Christiani, la chorale comporte plus d’une centaine de membres.

La SCSL crée d’importants événements musicaux. Entre autres, elle chante la première montréalaise du Requiem de John Rutter (1988) et la première longueuilloise du Requiem de Michel Massé (1993) ; elle participe aux fêtes du 125e anniversaire de Saint-Lambert avec Le Messie de Georg Friedrich Haendel (1982).

Son engagement communautaire

David Christiani est un Lambertois d’adoption. En 1978, il rencontre une Lambertoise, Betty-Jo Seath, qui l’incite à postuler à la direction de la Société chorale de Saint-Lambert. À cette époque, il aurait pu faire carrière partout dans le monde étant donné sa formation de chanteur, de chef de chœur et d’orchestre, mais il choisit Betty-Jo et accepte la direction artistique de la SCSL. En 1980, ils se marient et installent leur famille à Saint-Lambert. De son côté, Betty-Jo a créé la réputée Chorale des enfants de la Rive-Sud qu’elle a brillamment dirigée pendant 30 ans.

David Christiani a contribué non seulement à la vie musicale de Saint-Lambert et de la Rive-Sud mais certains concerts de la SCSL ont soutenu des causes sociales, telles la Société pour la fibrose kystique, le Relais pour la vie, la Fondation des maladies du cœur ; un autre concert a permis l’octroi de bourses à de jeunes chanteurs de la Rive-Sud pour les encourager à poursuivre leur formation musicale.

Depuis 35 ans, David Christiani dirige la SCSL avec un engagement fervent et sans défaillance. Tout en demeurant fidèle à la mission de la la SCSL, il fixe de hauts standards de qualité: il stimule les choristes à se dépasser en préparant des pièces musicales exigeantes et il offre au public des styles de musique diversifiés.

 

Sources:
Album-Souvenir du centenaire de St-Lambert, 1857-1957
CHARTRAND-COPTI, Huguette (sous direction de), Saint-Lambert au fil des ans 1857-2007, Société d’histoire Mouillepied, p. 203-208
HINDESS, Mary, Sounds of Music in St. Lambert, Société d’histoire Mouillepied, cahier no 5, janvier 1987, p. 9-14.
SEATH C., CARRUTHERS E. et THORP F. (sous la direction de), Sixty years of Songs 1919-1979, Société chorale de St-Lambert, 1979. (version révisée au 75e anniversaire) Texte révisé par C. Stockdale, C. Poulton et K. David, 1919-1994, 75 ans pour l’amour de la musique.
SOCIÉTÉ D’HISTOIRE MOUILLEPIED, Cahier no 10, Longueuil, 2013, p. 12-17
Différents programmes de la SCSL et entrevues avec des membres.

 

 

facebook

Tous droits réservés 2015 - Société chorale de Saint-Lambert